Nouvelles

Mise à jour COVID-19: l’ingénierie progresse alors que l’usine pilote de terres rares est utilisée pour produire du désinfectant pour les mains

Publié le

« L’équipe technique de Géoméga a prouvé une fois de plus sa capacité à utiliser son expertise dans des conditions de marché en constante évolution. Je suis fier de notre équipe qui fait preuve de flexibilité, de motivation et de créativité, en particulier dans une situation difficile comme celle que nous connaissons aujourd’hui à l’échelle mondiale. Géoméga peut garantir à ses actionnaires que ces modifications à l’usine pilote n’entraveront en aucun cas l’avancement de la construction de l’usine de démonstration beaucoup plus grande située à proximité à Saint-Bruno, au Québec. Géoméga s’efforce de devenir le premier producteur d’oxyde de terres rares au Canada, utilisant des rebus d’aimants recyclés et faisant du Canada l’un des rares pays en dehors de l’Asie à pouvoir le faire. Géoméga a continué d’avancer son travail malgré les récentes mesures de distanciation sociale et progresse avec succès dans les travaux d’ingénierie avec Hatch. Une fois l’ingénierie terminée, la priorité sera dans la commande des équipements nécessitant des délais de livraisons plus longs. Géoméga avait récemment obtenu un financement par emprunt de 1,72 M $ du gouvernement du Québec en février dernier (voir le communiqué du 7 février 2020), lui permettant d’atteindre le capital requis pour réaliser la construction de l’usine de démonstration. Géoméga, en collaboration avec le gouvernement du Québec, a un objectif très clair qui est de positionner le Québec comme plaque tournante pour une industrie propre et durable de raffinage des terres rares et ainsi devenir autonome et indépendant des autres pays pour l’approvisionnement en matériaux clés. À la lumière des événements récents et des pénuries d’approvisionnement, comme en témoignent les retards signalés dans la construction des ventilateurs médicaux en raison du manque d’aimants permanents (voir l’article complet ici), cela n’a jamais été aussi critique. Géoméga se réjouit de poursuivre son engagement avec les utilisateurs finaux et les gouvernements sur le recyclage des terres rares et d’établir une chaîne d’approvisionnement durable basée ici même au Québec, au Canada. » A commenté Kiril Mugerman, président et chef de la direction de Géoméga.

Nouvelles

Géoméga et Jobmaster Magnet Canada Inc. concluent une entente pour le recyclage des aimants de terres rares

Publié le

« Nous sommes ravis de travailler avec Jobmaster Magnets pour donner l’exemple et devenir un leader dans la collecte et le recyclage des aimants. Jobmaster Magnets est l’un des plus grands et des plus anciens fournisseurs canadiens d’aimants avec plus de 35 ans d’expérience dans l’industrie. Ils desservent diverses industries, notamment les secteurs de l’automobile et de la fabrication, tous deux grands utilisateurs d’aimants. Les clients de Jobmaster Magnets, au Canada et à l’étranger, pourront bénéficier du recyclage de leurs aimants de manière propre et durable ici au Canada tout en préservant cette ressource essentielle de la mise en décharge. Comme souligné dans l’opportunité de financement ouverte du gouvernement fédéral américain pour des projets de de traitement des terres rares sur lequel Geomega applique, les matières premières recyclées sont considérées comme une source potentielle d’approvisionnement en terres rares. Ce premier accord de collaboration est un pas en avant pour établir une industrie de recyclage des aimants de terres rares en Amérique du Nord afin de produire un approvisionnement constant, fiable et durable de terres rares focalisé sur les aimants (Nd, Pr, Dy, Tb) pour les futurs besoins commerciaux et gouvernementaux. » a commenté Kiril Mugerman, président et chef de la direction de Géoméga.

Non classifié(e)

CAMBRIDGE HOUSE

Publié le

Pourquoi faisons-nous tout cela? C’est le principe de l’économie circulaire. Une fois que nous effectuons ce recyclage, il ferme le cycle de production comme l’Europe et l’Amérique du Nord tentent de le faire en ce moment. Je terminerai en disant que les prix des terres rares sont bas, mais c’est ce qui stimule la demande et la demande est positive pour l’innovation et le recyclage. Voilà où nous en sommes aujourd’hui dans le cycle des terres rares. Faible capex, faible opex, faible encombrement, processus propre et flux de trésorerie – tels sont les objectifs de l’entreprise dans un avenir proche. Merci beaucoup.

ETR dans les médias

«Plus vite on produira des oxydes en Amérique du Nord, plus vite on attirera des entreprises capables de faire des alliages» Kiril Mugerman

Publié le

Par contre, le Québec et le Canada sont à des années lumières de pouvoir se doter d’une industrie intégrée, affirme Kiril Mugerman, président et chef de la direction de Ressources Géoméga, une PME de Boucherville qui possède le gisement de terres rares de Montviel, dans la région du Nord-du-Québec.

«Plus vite on produira des oxydes en Amérique du Nord, plus vite on attirera des entreprises capables de faire des alliages», insiste-t-il.

Media Coverage

En regardant vers le nord depuis St-Bruno

Publié le

« Le plus important est l’accès aux principales voies maritimes. En moins de 20 min, il est possible de rejoindre le port de Montréal, soit le plus grand centre de transbordement de conteneurs du réseau des Grands Lacs – Voie maritime du Saint-Laurent et une liaison directe avec l’Europe et la côte est des États-Unis. Le terminal maritime de Contrecœur est quant à lui situé à seulement 30 minutes de l’emplacement sélectionné. De plus, la région est desservie par les chemins de fer du Canadien National (CN) et du Canadien Pacifique (CP). La région abrite déjà l’Agence spatiale canadienne et plusieurs grandes entreprises internationales. »