Nouvelles

Géomega obtient l’approbation de son brevet américain pour l’extraction métallurgique des terres rares et du niobium

Géomega obtient l’approbation de son brevet américain pour l’extraction métallurgique des terres rares et du niobium

Montréal, le 11 juin 2020 – Ressources Géoméga Inc. («Géoméga» ou la «Société») (TSX: V.GMA) (OTC: GOMRF), développeur de technologies propres pour l’extraction et le recyclage de terres rares, est très heureuse d’annoncer que la demande de brevet US15 / 578 498 de Géoméga intitulée «Un système et une méthode pour l’extraction métallurgique des éléments des terres rares et du niobium», a été approuvée pour octroi par le United States Patent and Trademark Office.

« La délivrance de ce brevet montre que notre procédé unique a été reconnu et protégé. » a déclaré Kiril Mugerman, président et chef de la direction de Géoméga. « La recherche métallurgique sur Montviel réalisée en 2014 et 2015 (voir les communiqués de presse du 29 avril 2015 et du 20 mai 2015) a conduit à ces brevets et a défini le cadre de fonctionnement de Géoméga aujourd’hui engagé à réduire l’empreinte environnementale des procédés d’extraction et de séparation des ÉTR, la régénération des réactifs et minimisation de la quantité d’effluents et de déchets solides qui sont générés. Géoméga est en discussion avec des partenaires potentiels pour utiliser cette expertise dans le traitement métallurgique des terres rares pour aider à développer une chaîne d’approvisionnement occidentale. ».

La technologie a été développée par le chef de la technologie de Géoméga, le Dr Pouya Hajiani, pour le gisement Montviel et a été testée en laboratoire et à grande échelle. Les brevets couvrent une approche innovante grâce à laquelle Géoméga a pu réduire considérablement l’utilisation des réactifs tout en produisant des taux de récupération élevés à la fois de terres rares (ÉTR) et de niobium. En utilisant la régénération de l’acide chlorhydrique (HCl), Géoméga a démontré qu’un total de 58 kg de HCl régénéré devait être utilisé par tonne métrique de minerai pour extraire les ÉTR et le niobium. De plus, 91%, 92% et 66% de récupération globale ont été atteints pour le néodyme, le praséodyme et le niobium respectivement (voir le tableau ci-dessous pour les récupérations détaillées). Le procédé a été conçu pour minimiser les rejets d’effluents et pour intégrer la production et la régénération in situ d’acide et de base en tandem avec la recirculation de l’eau dans une usine alimentée exclusivement par l’hydroélectricité au Québec.

« Avec les chaînes d’approvisionnement en terres rares à nouveau sous le microscope, les gouvernements américain et canadien sont en processus de ramener la production de matériaux critiques en Amérique du Nord, ce qui pourrait placer Géoméga dans une position avantageuse. Nous pensons que la propriété de terres rares de Montviel pourrait devenir une solution durable à long terme pour l’approvisionnement en terres rares et évaluons donc les opportunités avec plusieurs groupes pour faire avancer le projet. » a ajouté Mugerman. « Ensemble avec notre technologie ISR, Géoméga pourrait à terme offrir une solution complète d’extraction primaire, de recyclage et de séparation sous un même toit. »

Récupérations d’éléments de terres rares et de niobium

   
   
   
   
   
Recouvrement   
   
   
   
Élements   
   
Pré-concentré      
   
Hydrometallurgie      
   
Globale   

Éléments de terres rares
   
Lanthanum   
   
92.7 %   
   
97.9 %   
   
90.7 %   
   
Cerium   
   
92.9 %   
   
95.2 %   
   
88.4 %   
   
Praseodymium   
   
93.9 %   
   
98.3 %   
   
92.3 %   
   
Neodymium   
   
93.0 %   
   
97.9 %   
   
91.0 %   
   
Samarium   
   
91.0 %   
   
95.6 %   
   
87.0 %   
   
Europium   
   
89,9 %   
   
96,0 %   
   
86,3 %   
   
Gadolinium    
   
88,6 %   
   
90,2 %   
   
79,9 %   
   
Terbium   
   
83,8 %   
   
91,7 %   
   
76,8 %   
   
Dysprosium   
   
74,1 %   
   
84,8 %   
   
62,8 %   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
Niobium   
   
92.2 %   
   
71.7 %   
   
66.1 %   

À propos de Géoméga (www.Géoméga.ca)

Basé à Boucherville et à Saint-Bruno, Ressources Géoméga a développé la « technologie ISR » exclusive et respectueuse de l’environnement qui permet de recycler les éléments de terres rares provenant de l’industrie des aimants permanents avec comme objectif de produire quatre éléments de terres rares à forte demande et à fort prix (ÉTRFF – en particulier Nd, Pr, Tb, Dy).

La Société progresse vers la production initiale à partir de son usine de démonstration dans le but d’approvisionner l’Amérique du Nord et dans d’autres parties du monde en ÉTRFF.

Géoméga est également propriétaire du gisement de carbonatite de terres rares de Montviel et détient plus de 16,8 millions d’actions, représentant environ 19% des actions émises et en circulation de Kintavar Exploration Inc. (KTR.V), une société d’exploration minière qui fait avancer le projet de cuivre stratiforme Mitchi en Québec.

Pour plus de détails, contactez:

Kiril Mugerman

Président & CEO

Géoméga

450-641-5119 ext. 5653

kmugerman@Géoméga.ca

Nancy Thompson

Vorticom Public Relations

212.532.2208

nancyt@vorticom.com


Mises en garde concernant les énoncés prospectifs

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assument aucune responsabilité à l’égard de la pertinence ou de l’exactitude du présent communiqué.

Ce communiqué de presse peut contenir de l’information prospective ou des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières canadiennes applicables. L’information prospective et les énoncés prospectifs peuvent inclure entre autres, des énoncés relatifs aux projets, les coûts, les objectifs et la performance de la Société, ou des hypothèses relatives à ce qui précède. Dans ce communiqué de presse, les termes comme « pouvoir », « croire », « s’attendre à », « avoir l’intention », « planifier », « prévoir », « potentiel », « projets », « estimer », « continuer », ou des variantes ou des formes négatives de tels termes ou encore d’une terminologie comparable, sont utilisés pour identifier des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne devraient pas être interprétés comme une garantie des rendements ou résultats futurs, et ne devraient pas nécessairement donner des indications précises concernant le moment qu’un tel rendement pourra être réalisé. Rien ne garantit que les évènements prévus dans l’information prospective de ce communiqué de presse se concrétiseront, y compris la commercialisation des technologies mentionnées ci-dessus, ou, si l’un ou l’autre de ces évènements se concrétisent, quels seront les avantages que la Société en tirera. L’information prospective et les énoncés prospectifs sont basés sur l’information disponible au moment de la diffusion de ce communiqué de presse et/ou sur les prévisions faites de bonne foi par la direction, sous réserve des incertitudes, hypothèses et autres facteurs prévus ou non dont plusieurs sont indépendants de la volonté de la Société. Ces risques, incertitudes et hypothèses incluent sans s’y limiter, ceux décrits à la rubrique portant sur les facteurs de risque de la notice annuelle de la Société, pour l’exercice terminé le 31 mai 2019, y compris la disponibilité de matières premières provenant de tierces parties raisonnablement disponibles pour l’usine de démonstration, laquelle est disponible sur SEDAR à l’adresse www.sedar.com; qui peuvent faire en sorte que les résultats, le rendement ou les résultats à venir de la Société soient considérablement différents de ceux indiqués de façon explicite ou implicite dans de tels énoncés prospectifs. La Société n’entend pas ni ne s’engage à actualiser ou revoir l’information prospective ou les énoncés prospectifs contenus dans ce communiqué de presse à la lumière de nouveaux renseignements, subséquents ou autres, sauf dans les cas prévus par les lois applicables.