Nouvelles

Géoméga lance la phase 2 de son programme de forage à Montviel

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour distribution immédiate

Montréal, le 07 Septembre 2011 – Ressources Géoméga Inc. (« GéoMégA » ou la « société ») (TSX‑V : GMA) est heureuse d’annoncer le début de la Phase 2 de forage de définition et d’exploration sur sa propriété d’éléments de terres rares Montviel, située en Abitibi, au Québec. Cette nouvelle étape s’inscrit dans une mise-à-jour de l’important programme d’exploration intensif actuellement en cours, qui comprend les éléments suivants :

  1. Le début de la Phase 2 de la campagne de forage de définition et d’exploration est prévu pour le 12 septembre 2011;
  2. Un premier estimé des ressources selon la norme 43-101 devrait paraître vers la fin de septembre et sera basé sur les résultats des 18 sondages de la Phase 1 réalisés dans la Zone du Noyau;
  3. Deux échantillons en vrac de 300 kg sont actuellement chez SGS Canada à Lakefield en Ontario pour des tests métallurgiques en laboratoire : premiers résultats Q4 2011; résultats finaux Q1 2012;
  4. Une étude minéralogique préliminaire par SGS a déjà confirmé que la carbonatite minéralisée est principalement composée de minéraux de terres rares de la famille des Bastnaésite-Synsychite qui réagissent bien aux techniques de concentration minéralurgiques et de séparation métallurgiques reconnues.

« Les résultats obtenus lors de la Phase 1 des travaux d’exploration sont excellents. Nous sommes optimistes à l’effet que le premier estimé des ressources selon la norme 43-101 nous permettra de confirmer que notre propriété Montviel représente l’un des plus importants gisements de Néodyme au monde. La Phase 2 de forage et les tests métallurgiques vont nous éclairer sur son plein potentiel », a affirmé le président de GéoMégA, monsieur Simon Britt.

1. A) Phase 2 du programme de forage aux diamants – Zone du NoyauLe principal objectif de cette campagne de sondage carotté à deux foreuses est de compléter une grille de forage, au 100 par 100 mètres ou mieux, sur la Zone du Noyau du Complexe de Carbonatites de Montviel. Les 18 sondages de la Phase 1 ont déjà défini une zone riche en éléments de terres rares (ÉTR) d’une longueur minimum de 750 mètres, d’une largeur variant de 300 à 450 mètres et d’une profondeur minimum de 550 mètres. Le programme de la Phase 2 va prioritairement être concentré sur le secteur sud-ouest du gisement où les meilleurs résultats ont été obtenus (sondage MVL-11-18: 2.15% d’oxydes de terres rares totales (OTRT) sur 250.65 mètres; voir le communiqué du 24 août 2011). La Zone du Noyau demeure ouverte vers le sud-ouest alors que les teneurs moyennes augmentent graduellement dans cette direction. La Zone du Noyau est aussi ouverte vers le nord-est mais pourrait avoir été déplacée par une faille qui est interprétée à partir des données magnétiques aéroportées. Des forages plus distancés seront donc aussi effectués afin de préciser les limites latérales exactes de la Zone du Noyau. Enfin, le sondage sub-vertical – MV-11-15 terminé dans la minéralisation à 549 mètres – sera approfondi afin de définir la profondeur ultime de la ferro-carbonatite enrichie en terres rares.

1. B) Phase 2 du programme de forage aux diamants – Cibles Satellites
Plus tard cet automne, l’une des deux foreuses sera mobilisée pour tester plus d’une demi-douzaine de cibles, qui ont été définies par des travaux antérieurs ailleurs sur la Propriété Montviel. Une de ces cibles est l’extension sud-ouest de l’unité de brèches polygéniques qui a été recoupée dans certains de nos sondages et qui délimite grossièrement le contact entre la ferro-carbonatite riche en terres rares et la silico-carbonatite plus pauvre. Le contenu en OTRT de cette unité bréchique est moins élevé (0.1% à 0.9% OTRT) que la Zone du Noyau mais elle montre un net enrichissement vers l’ouest en oxydes terres rares lourdes et intermédiaires (OTRLI). Le rapport OTRLI/OTRT atteint 28% sur 17,1 mètres dans le sondage MVL-11-09, alors que dans les autres sondages plus au nord-est la proportion varie de 4 à 6% seulement. Aussi, cette même intersection, dans le MV-11-09, comprend 210 ppm d’oxyde de dysprosium en moyenne. En août, des travaux limités de décapages, un kilomètre au sud-ouest du MV-11-09, ont exposé des brèches très similaires sur des largeurs de plus de 30 mètres. Il n’y a pas de sondages entre ces brèches en surfaces et celles recoupées dans le sondage MV-11-09.

  1. Estimé préliminaire des ressources aux normes 43-101
    L’estimé préliminaire des ressources en terres rares selon la norme NI 43-101, actuellement effectué par SGS Géostat de Blainville au Québec, est très avancé. Ces premières ressources 43-101 seront basées sur les résultats des premiers 18 sondages forés dans la Zone du Noyau du Complexe de Carbonatites de Montviel. Au cours de l’été, SGS a vérifié et compilé toutes les données de forage, a examiné les données du programme de qualité/contrôle, a effectué une visite de terrain sur la Propriété Montviel et a prélevé ses propres échantillons de carottes pour des analyses de vérification. Les résultats de l’estimé des ressources sont attendus vers la fin septembre, alors que le rapport final sera publié sur SEDAR dans les 45 jours suivants.
  1. Tests métallurgiques en laboratoire
    Des tests métallurgiques ont été amorcés aux laboratoires de SGS Canada de Lakefield en Ontario. Deux échantillons représentatifs, pesant chacun 300 kilogrammes et prélevés à partir de carottes de forage refendues, ont été acheminés au laboratoire durant le mois d’août. Début septembre, SGS démarrait des tests de minéralurgie (séparation et concentration des minéraux) dont les premiers résultats devraient sortir au cours de l’automne. Les résultats finaux de ces tests de minéralurgie et de métallurgie, incluant l’hydrométallurgie, devraient être disponibles durant le premier trimestre de 2012.
  1. Étude minéralogique
    Lors de l’évaluation de la qualité et de la faisabilité d’un projet de terres rares, deux des critères les plus importants sont la minéralogie et la granulométrie de ces minéraux. Les éléments de terres rares sont des métaux très particuliers avec des caractéristiques physico-chimiques très similaires qui les rendent très difficiles à extraire et à séparer. Il est donc primordial de rechercher des minéraux qui peuvent être concentrés par des techniques minéralurgiques reconnues, et dont on peut extraire et séparer les terres rares de façon économique par des procédés métallurgiques établis.

Une étude minéralogique préliminaire de la minéralisation de Montviel par les laboratoires de SGS Canada de Lakefield en Ontario, utilisant des instruments Qemscan et microsonde, a confirmé que les minéraux de terres rares de la ferro-carbonatite font partie de la famille des Bastnaésite-Synsychite (voir communiqué du 24 août 2011). Il s’agit de l’huanghoite et la cebaite, deux fluoro-carbonates à baryum et terres rares. La huanghoite et la cebaite sont deux des principaux minéraux de terres rares à la mine de classe mondiale de Bayan Obo en Mongolie Intérieure, Chine. La bastnaésite est le principal minéral du minerai de Mountain Pass en Californie, le plus important producteur de terres rares au monde durant les années 70 à 90, qui recommencera à produire bientôt en 2012.

L’étude minéralogique de SGS a aussi démontré qu’en général, la distribution granulométrique et minéralogique des minéraux de terres rares formant la Zone du Noyau de Montviel est assez grossière et régulière, un pré-requis essentiel pour la concentration par procédés minéralurgiques conventionnels.

Divulgation norme canadienne 43-101
Jacquelin Gauthier, ing., vice-président exploration, et Gary H. K. Pearse M.Sc., P.Eng., un consultant indépendant, sont les personnes qualifiées selon les normes NI 43-101, qui ont supervisé et approuvé la rédaction de ce communiqué de presse.

À propos de GéoMégA
GéoMégA, qui détient 100 % du projet de Terres rares/Niobium Montviel, est une société d’exploration minière québécoise dont l’objectif est la découverte de gisements économiques de Métaux Mineurs au Québec. GéoMégA s’engage à respecter les normes de l’industrie minière canadienne et se distinguer par son expertise, son savoir-faire et son respect des communautés locales et de l’environnement.

Actuellement, GéoMégA a 29 314 113 actions ordinaires en circulation.

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assument aucune responsabilité à l’égard de la pertinence ou de l’exactitude du présent communiqué.

Au nom du conseil d’administration de GéoMégA
/s/ « Simon Britt »
Simon Britt
Chef de la direction

Pour plus d’informations, contactez :
Simon Britt
Chef de la direction
GéoMégA
450‑465‑0099
info@ressourcesgeomega.ca

Mises en garde concernant les énoncés prospectifs
Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs à l’égard de nos intentions et de nos plans. Les énoncés prospectifs contenus dans les présentes sont basés sur diverses hypothèses et estimations posées par la société et comportent un nombre de risques et d’incertitudes. Par conséquent, les résultats réels pourraient varier considérablement de ceux prévus ou suggérés dans ces énoncés prospectifs et les lecteurs ne devraient pas se fier indûment aux énoncés prospectifs. Veuillez noter que les énoncés prospectifs comportent des risques et des incertitudes connus et inconnus, comme il est mentionné dans les documents déposés par la société auprès des autorités en valeurs mobilières du Canada. Divers facteurs peuvent empêcher ou retarder nos plans, notamment la disponibilité et le rendement des entrepreneurs, les conditions météorologiques, l’accessibilité, les prix des métaux, la réussite ou l’échec des travaux d’exploration et de mise en valeur effectués à divers stades du programme ainsi que l’environnement économique, concurrentiel, politique et social en général. La société se décharge expressément de l’obligation de mettre à jour tout énoncé prospectif, sauf si les lois sur les valeurs mobilières l’exigent.

 

Categories

Archives